MINCE!

15 de novembre de 2017 at 16:56
Facebooktwittergoogle_plus

Source: commons wikimedia

J’adore Inès de La Fressange, pas vous? Comment ça, vous ne savez pas qui c’est? Pas possible. Inès, c’est notre icône de style, c’est la Parisienne idéale, l’incarnation même du chic. Très belle, très grande, et, surtout, très mince ou même, comme on dirait aujourd’hui en espagnol: Mince, non, «lo siguiente».

1 mètre 81 et 53 kilos à 59 ans, vous trouvez ça normal, vous? Nous non plus mais, malgré tout, on voudrait être comme elle. Mais ce n’est absolument pas évident. Saviez-vous que la femme française mesure en moyenne 1 mètre 65 et pèse 63 kilos*? 16 centimètres de moins et 10 kilos de plus qu’Inès, ça fait beaucoup. Voilà pourquoi notre sport national, ce n’est plus le football, ni la pétanque, ni le rosé de Provence: c’est MAIGRIR. Et ne croyez pas que les hommes y échappent; 1 Français sur 2 veut perdre quelques kilos et 1 sur 7 a déjà suivi plus de 5 régimes*.

La pression sociale est devenue atroce. Sous François Hollande, ça allait encore, car il était grassouillet et il était quand même président de la République — après s’être délesté momentanément d’une vingtaine de kilos. On l’appelait Flanby et puis on allait déjeuner tranquillement. Mais là, avec Emmanuel Macron, si juvénile et si svelte, et pire, avec sa femme Brigitte et sa taille 36 à son âge, c’est un vrai cauchemar. Comme l’exprime Jamil Dakhlia, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 3, aujourd’hui, dans notre société, «il est plus grave d’être gros que d’être vieux».

L’Histoire est d’une ironie cruelle quand un peuple capable de décapiter son roi pour venir à bout de l’Ancien Régime passe à présent sa vie… à être au régime.

Je vous laisse avec Inès.

* Sources: NutriNet-Santé et Institut de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Facebooktwittergoogle_plus