L’âge du «Pourquoi?»

28 de gener de 2019 at 8:30
Facebooktwittergoogle_plus

©Tome et Janry

Il n’est pas nécessaire d’avoir eu des enfants, car on a presque tous été confrontés aux Pourquoi? de nos neveux, des enfants de nos amis, de nos petits frères ou de nos petites sœurs. Théoriquement, ça commence vers 2 ans et ça peut continuer jusqu’à 6 ans, tout dépend de l’article de psychologie sur lequel vous êtes tombés.

Ces mêmes articles vous parlent de l’éveil de l’enfant, de sa curiosité, de sa découverte du monde, etc. Et oui, c’est vrai, et c’est très joli et instructif. Mais il faut aussi ajouter que c’est un super truc, presque magique, qu’ils utilisent pour essayer de ne pas… aller se coucher, partager une tablette de chocolat, manger du chou-fleur, se laver les mains, faire un bisou à la dame, se mettre le pull en laine tricoté par grand-mère (et qui pique), prêter leur tricycle, ou n’importe quelle autre torture que les adultes prétendent leur imposer.

Et puis cet âge passe, et les Pourquoi? commencent à se répondre intérieurement par des «Parce que c’est comme ça», «Parce qu’il le faut», «Parce que tout le monde le fait» et autres explications plus ou moins conformistes, selon les réponses des adultes.

Et puis on est adulte, et on ne se demande plus Pourquoi?. On agit, on obéit, on refait les mêmes gestes, on réfléchit moins… Et on accepte trop souvent des choses que l’on n’aurait pas acceptées à 5 ans, et que l’on n’accepterait pas comme adultes si on se posait plus souvent cette question: Pourquoi?.

Alors, franchement, je vous le demande, entre vous et moi… Pourquoi?


©Angélique Marquise des Langes 2.0; Parents.FR

Facebooktwittergoogle_plus