Pas de cadeau!

28 de febrer de 2019 at 10:50
Facebooktwittergoogle_plus

Pixabay

La vie d’apprentie blogueuse ne fait pas de cadeau. Quelques jours après la publication d’un post où je rigolais —pas très gentiment— de Marie Kondo, je tombe sur un article de son blog au titre prometteur: «Que faire des cadeaux qui ne nous apportent pas de la joie». «Ah, ah, ah!, ai-je pensé. On va bien rigoler. Voyons quelles conneries elle raconte aujourd’hui.» Et puis non. Celle qui s’est sentie toute conne, c’est moi.

Marie Kondo fait preuve d’une profonde intelligence du cœur lorsqu’elle observe que même les cadeaux qui ne nous plaisent pas sont avant tout une preuve d’amour de ceux qui ont nous ont dédié leur bien le plus précieux: leur temps. Du temps pour les choisir. Du temps pour les acquérir. Du temps (et c’est de l’argent) pour les payer.

Ne méritent-ils pas que l’on leur donne une toute petite chance? Est-il vraiment aussi urgent de s’en débarrasser le lendemain même sur LeBonCoin comme s’il s’agissait de résidus toxiques?

La Papesse du Rangement, comme on l’appelle en France, nous propose cette recette:

  • Ouvrir immédiatement le cadeau.
  • Jeter l’emballage.
  • S’en servir tout de suite.

Et c’est là, à mon avis, que commence parfois la vraie surprise d’un cadeau: lorsque qu’il nous fait découvrir une nouvelle facette de nous-mêmes à laquelle on n’avait jamais pensé ou qu’il nous ouvre une fenêtre sur le monde que l’on n’avait jamais vue. Cela peut être le livre d’un auteur ou d’un genre littéraire que l’on avait toujours méprisés, un parfum ou un vêtement d’une couleur qui n’étaient pas du tout notre genre ou un bibelot à priori de mauvais goût mais finalement attendrissant (et qui sera peut-être vachement à la mode sur Pinterest dans trois mois).

Et puis, dans le fond, recevoir un cadeau en dit plus long sur nos sentiments envers la personne qui nous l’offre que sur le présent en soi. Je pense par exemple aux affreux travaux manuels enfantins qui ravissent pourtant les parents, ou à l’atroce bague en plastoc offerte par notre premier amour et que l’on conserve encore aujourd’hui bien cachée dans un tiroir.

Alors, avant de décider que vraiment, vraiment, un cadeau ne vous plaît pas et de vous en défaire comme le conseille finalement Marie Kondo, pensez avec le cœur.

(Si je n’ai pas réussi à vous convaincre, cette vidéo est pour vous.)

Facebooktwittergoogle_plus