Intraduisible

29 de febrer de 2020 at 9:39
Facebooktwitter

Source: Wikipedia, Cabine des interprètes au parlement européen de Bruxelles.

Comment dites-vous disfrutar en français? Eh bien, moi, je dis disfrouter, un mot qui n’existe pas mais qui devrait le faire. C’est peut-être parce que les Français sont toujours un peu constipés dans leur tête qu’ils n’ont pas de verbe vraiment équivalent à disfrutar. Quelle que soit sa traduction, il lui manque toujours un je-ne-sais-quoi. La preuve, je prends mon Larousse Español-Francés / Français-Espagnol (1998, 716 pages, 220.000 mots et expressions, 400.000 traductions, c’est du sérieux) et je lis ses acceptions avec une certaine… déception:

→Posséder. Par exemple, pour dire Disfrutar de una finca. Désolée, mais posséder n’exprime pas du tout la satisfaction du propriétaire qui va y aller griller des côtelettes le dimanche en famille. Dans un autre exemple, pour exprimer Disfrutar de sus vacaciones, le mot profiter m’apporte une nuance horriblement stressante. Je DOIS profiter de mes vacances parce que j’en ai peu et je M’OBLIGE donc à faire des tas de choses pour en tirer parti. Le farniente (observez comment ces incapables de Français ont dû voler le mot à l’italien), ce sera pour un autre jour. Dans un troisième exemple que me donne mon Larousse avec la phrase Madre que disfruta de sus hijos, la traduction Mère qui profite de ses enfants me suggère immédiatement une mère indigne qui exploite ses marmots pour les pires turpitudes, ce qui nous mène à l’acception suivante, encore plus périlleuse:

→Jouir. En effet, jouir a acquis avec le temps une très nette connotation sexuelle qui rend troublantes certaines phrases que j’ai souvent lues chez mes étudiants, du genre Je jouis beaucoup avec vous, Madame.

→S’amuser. Par exemple, pour dire He disfrutado mucho en esta ciudad. Franchement, le terme s’amuser est absolument limité et même puéril. Vous trouvez que visiter le Musée Guggenheim de Bilbao est amusant, vous? Moi non plus, ni les auteurs de mon dictionnaire, qui ajoutent:

→Éprouver un vif plaisir à ou Être heureux de pour traduire Disfrutar con la música. Les deux versions sont terriblement nunuches si on les utilise dans le cadre d’un concert de rap, non? Les auteurs de mon Larousse le sentent bien, puisqu’ils ajoutent ensuite des périphrases tarabiscotées, comme:

→Être ravi et Passer de très bons moments. Mi Hermano disfruta mucho en el cine donnera donc en français Mon frère est ravi quand il va au cinéma et Mon frère passe de très bons moments au cinéma. Dans le premier cas, c’est trop, dans le deuxième cas, pas assez pour un vrai cinéphile.

Voilà pourquoi, mes chers amis, moi, je disfroute de ma maison (quand elle est propre), je disfroute de mes voyages, je disfroute avec mes copines et je disfroute quand je vais au restau japonais. En français dans le texte.

Je vous laisse sur une vidéo qui parle des concepts intraduisibles que nous offrent toutes les langues. Elle est un peu plus longue que d’habitude, mais elle vaut la peine d’être vue. Mais si vous êtes pressés, l’interview — un mot anglais qui a pris le français entrevue et nous l’a rendu auréolé de glamour— parle des mots français intraduisibles à partir de la minute 8:30.

Facebooktwitter