Le franc, franchement… (Chapitre 3 et grand concours final)

29 d'abril de 2019 at 23:00

Chose promise, chose due. À la fin du chapitre 2 de cette petite histoire des billets français au XXe siècle, nous nous étions quittés sur ce portrait de Blaise Pascal en état de putréfaction avancée, mais je vous annonçais de nouvelles horreurs presque pires. Vous êtes prêts? On y va!

1972-1980: Scoop exclusif: La célèbre restauratrice de l’Ecce homo de Borja, Cecilia Giménez,

Le franc, franchement… (Chapitre 2)

26 de març de 2019 at 20:37

Vous vous souvenez? À la fin du chapitre 1 de cette histoire du franc français au XXe siècle, on s’était quittés sur une question: Ne voyez-vous rien de bizarre sur ce billet de mille francs?

Eh oui ! Après 7 (sept!) dévaluations successives depuis la Libération , le franc ne valait plus un sou! À partir de 1960, donc, il va sacrifier deux zéros pour regagner un peu de son prestige. Pendant qu’elle prépare les nouvelles coupures de ce qu’on appelera le nouveau franc ou le franc lourd, la Banque décide

Le franc, franchement… (Chapitre 1)

11 de març de 2019 at 11:11

Avoir une rue à son nom, c’est bien, mais avoir sa tronche sur un billet de banque, c’est mieux. Et si c’est sur une grosse coupure, c’est vraiment la consécration. Avant d’adopter les tristes euros (qui ressemblent plus à des billets de Monopoly qu’à de vrais sous, à mon avis), la France avait… des francs -un nom pas très créatif mais facile à retenir, au moins. Des francs qui, eux, en jetaient, même si les circonstances historiques en altéraient parfois la somptuosité. Regardez plutôt.

1908: Des personnages représentant l’Agriculture, le Commerce, le Travail et la Fortune. Le symbolisme n’est pas loin… mais la paix le sera bientôt.