Contre l’envie d’en finir

20 de April de 2020 at 7:10
Facebooktwitter

Source: Creative Commons 3

La façon la plus efficace pour être malheureux, c’est avoir l’envie d’en finir. Non, je ne vous parle pas de l’idée du suicide. Je vous parle de L’IMPATIENCE. L’impatience, c’est ce sentiment d’urgence qui nous rend l’attente insupportable. C’est l’antithèse de la persévérance. C’est ce qui, en nous fixant uniquement sur nos fins, nous prive du plaisir de parcourir le chemin des moyens. Aïe, aïe, aïe! Une ligne de plus et Paulo Coelho allait me proposer une joint-venture! Pardonnez-moi. Je ne suis vraiment pas la personne la mieux indiquée pour vous donner des leçons de patience, au contraire. La preuve par quatre:

Preuve numéro 1: Je lis la fin des romans au début.
Dès que je connais un peu les personnages principaux et la trame de l’histoire, hop!, je lis les 10 dernières pages pour connaître la fin. Ce n’est qu’ainsi que je peux me détendre et profiter tranquillement de ce qui se passe au milieu.

Preuve numéro 2: Je cherche le résumé de tous les épisodes de toutes les saisons d’une série sur Google.
Quand il fallait attendre une semaine pour voir l’épisode suivant d’une série passionnante, j’avais peut-être encore une excuse. Aujourd’hui où l’on peut télécharger et visionner toutes les saisons d’un coup, c’est vraiment du vice, je sais, mais je ne peux pas attendre une seconde pour savoir ce qui va se passer quand j’ai vraiment trop sommeil pour un épisode de plus.

Preuve numéro 3: Quand on me demande mon âge, je rajoute toujours un an.
Je sais que c’est un peu pervers, mais il faut que je sache ce que je ressentirai quand je serai (encore) plus vieille. Je crois aussi que c’est une façon de perdre la peur de mourir jeune, ce qui me mène à la:

Preuve numéro 4: Ce qui me dérange le plus de l’idée de la mort, c’est de rater la fin du monde.
Mourir, pour moi, c’est comme se lever et sortir du cinéma avant la fin. Quelque chose d’insupportable pour une impatiente, quoique, maintenant que j’ai vraiment l’impression d’assister au début de l’apocalypse… est-ce que, dans le fond, j’étais si pressée que ça d’en finir?

Je vous laisse sur une vidéo du philosophe et psychanalyste français Daniel Sibony. Elle est un peu plus longue que d’habitude, mais patience!

Facebooktwitter