Les soldes

25 de enero de 2018 at 14:31
Facebooktwittergoogle_plus

Maintenant que les fêtes de fin d’année sont passées, je peux vous l’avouer: je déteste Noël, j’ai horreur de la Saint-Sylvestre et le jour des Rois me rend malade. La seule chose qui me soutient pendant cette période atroce, c’est une toute petite lumière tremblante au bout du tunnel: les soldes d’hiver. «Ah, Isabelle, on n’aurait jamais pensé qu’une fille comme toi pouvait être une sale consumériste qui, en plus, défend les clichés sexistes les plus rétrogrades!», allez-vous hurler. Ben, ça m’est égal, mes agneaux. En plus, vous n’avez pas raison. Les soldes sont, en fait, le summum de l’écologie, et je dirais même plus: l’apogée du féminisme.

Mais si, mais si. Pour commencer, où iraient tous les excédents du prêt-à-porter sans les soldes? Polluer les rivières africaines à côté de nos vieux ordinateurs?  Pas très correct, ça… Faire les soldes, en revanche, c’est recycler, mais oui! En plus, les soldes contribuent à la solidarité sociale, en particulier celle des femmes: pendant quelques semaines, la passion de la bonne affaire nous unit dans une merveilleuse sororité universelle, dans la complicité exquise du plaisir coupable mais partagé. Dans les rues, devant les étalages et dans les rayons des grands magasins, on se sourit entre nous avec tendresse, on se jette des regards éloquents: «Toi aussi, tu es heureuse, là, maintenant, n’est-ce pas? Moi aussi.»

Les soldes, c’est comme le yoga, mais en beaucoup plus efficace. Le yoga ouvre nos chakras pour les remplir d’énergie? Les soldes ouvrent les portes de nos placards pour les remplir de basiques mode indispensables. Le yoga favorise notre souplesse? Les soldes exercent notre flexibilité mentale quand, faute du pull gris que l’on recherche, on repart toute contente avec un pantalon en velours violet qui ira bien avec quelque chose (et pour finir, non).  Le yoga invite à la méditation et au détachement de l’esprit? Les soldes favorisent la contemplation plus que toute autre discipline car, dans le fond, le plus grand plaisir des soldes, c’est d’aller voir les soldes. Imaginer, comparer, hésiter avant d’acheter ou pas… Le passage à l’acte est, pour finir et comme toujours, assez secondaire.

«Et les hommes, dans tout ça?» vont protester certains. Si j’en juge mon expérience personnelle, les hommes, rien du tout. Les hommes ne savent pas savourer les soldes. Ils rentrent dans un magasin, ils achètent ce dont ils ont besoin sans même jeter un regard au prix avant et après et ils s’en vont. Quoique les choses sont peut-être en train de changer… Mais regardez plutôt la vidéo.

Facebooktwittergoogle_plus