Ce que vos profs n’ont jamais osé vous dire

8 de febrero de 2018 at 10:25
Facebooktwittergoogle_plus

source: tv5monde.com

Les étudiants de français font des gaffes. Et elles sont tellement énormes que leurs profs n’ont pas toujours le courage de leur dire la vérité. Mes étudiants ont mis les pieds dans le plat si souvent que ma conscience ne me laisse plus continuer dans ce silence complice. C’est bientôt la Saint Valentin, alors pour éviter plus de catastrophes, je révèle aujourd’hui ces secrets transmis de prof en prof. J’ai été témoin de toutes ces gaffes, je peux attester de leur authenticité.

On va commencer par les gaffes gentilles, comme par exemple ces étudiants dans une pharmacie à Paris, avec un gros rhume, qui ont expliqué à la pharmacienne qu’ils étaient très constipés –ils ne comprenaient pas pourquoi on voulait absolument leur vendre des laxatifs.

Savez-vous que maîtresse signifie à la fois prof à l’école primaire et amante? Attention à ne pas présenter fièrement votre prof de français à vos amis francophones en leur disant «C’est ma maîtresse»… Autre grosse, grosse gaffe: le verbe baiser ne signifie pas besar (pour ça, on utilise «embrasser»). Non, baiser, en argot, a une signification explicitement sexuelle: faire l’amour. Je décerne la Palme d’Or des gaffes à un étudiant vietnamien, professeur émérite à l’Université de Médecine de Hanoi: à la fin de l’année, il m’a écrit une gentille lettre de remerciement, qui commençait par «Chère maîtresse» et se terminait par «Je vous baise affectueusement». Je vous jure que je n’ai jamais osé lui dire la vérité, mais que je garde précieusement sa missive.

Pour rester dans le domaine des gaffes catastrophiques, attention avec le verbe jouir. Il a résolument une signification sexuelle: avoir un orgasme. Ne dites pas à vos copains français «J’ai beaucoup joui avec tous mes amis le week-end dernier». Préférez «J’ai passé un week-end génial». La crème de la crème des gaffes, c’est le verbe paniquer. Car en argot, le verbe niquer signifie aussi faire l’amour. Une de mes étudiantes est partie faire du snowboard avec des amis français dans les Pyrénées. Je ne sais plus ce qui lui est arrivé le samedi soir, mais elle a eu une grosse peur. Et le lendemain, au petit déjeuner, ses amis lui ont demandé comment elle avait dormi. Elle a répondu «J’ai super bien dormi, mais j’ai paniqué hier soir», et ils ont interprété «j’ai pas niqué». Je vous jure que c’est vrai. Imaginez le sentiment de culpabilité qui m’a envahie quand elle m’a raconté sa surprise devant le rire de ses amis…

Voilà, ça ne pouvait plus durer, nous les profs de français on en avait trop lourd sur la conscience, il fallait qu’on vous dise la vérité. Remerciez-nous!

Facebooktwittergoogle_plus